top of page

La transition des compétences pour un monde en transitions

Comment les métamorphoses du XXIème siècle redéfinissent les compétences nécessaires pour y prospérer




L’aube du XXIe siècle nous plonge dans une période de formidable rupture, oscillant entre périls conséquents et profusion d'opportunités. Nous nous trouvons projetés aujourd'hui à la croisée de trois transitions majeures :


1. Transition écologique :


Après des décennies de déni, les conséquences des actions humaines sur notre planète sont désormais des réalités incontestables. Les plus connues sont le changement climatique, avec un réchauffement qui ne saura être limité à 2 degrés par rapport à l’ère préindustrielle, ou encore la perte de biodiversité, avec par exemple le déclin des populations de vertébrés sauvages de 69% au cours de 50 dernières années. Plus généralement, six des neuf limites planétaires -ces points de bascule au-delà desquels la stabilité de la biosphère n’est plus assurée- ont été dépassées. Malgré les mesures drastiques que nous commençons à mettre en place, il est d’ores et déjà acquis que certains bouleversements majeurs sont inéluctables.


2. Transition technologique :


À notre ère numérique, le progrès avance à un rythme souvent considéré comme exponentiel. Il y eut d'abord l'émergence d'internet dans les années 90, puis la démocratisation des smartphones au début du millénaire, enfin la digitalisation progressive et presque complète de notre économie et de toute notre vie quotidienne. C'est maintenant l'intelligence artificielle qui occupe légitimement le devant de la scène – en particulier l'IA générative, qui a fait sensation auprès du grand public fin 2022 grâce à ChatGPT. L'IA générative est si puissante qu'elle peut gérer la moitié des tâches humaines au travail, plus rapidement et plus efficacement que nous humains. Bien que ces évolutions offrent des opportunités sans précédent, comme un accès démocratisé à l'éducation sur mesure et à la médecine de pointe, elles suscitent également des questions essentielles sur notre relation en évolution avec la technologie et ce que cela signifie pour notre avenir.


3. Transition socio-économique :


Partout sur la planète s’expriment de puissants mouvements dont l’inspiration recouvre souvent les 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Ces mouvements transcendent les frontières économiques et sociales, se manifestant aussi bien dans les contextes les plus prospères que dans les moins privilégiés. Les pays en développement travaillent à l’éradication de la pauvreté et de la faim, ou encore à l’accès à la santé et à l’éducation. Les pays les plus développés bruissent de mouvements pour une réduction des inégalités entre riches et pauvres, pour moins de discrimination de genre ou de race, le tout dans une introspection croissante sur la recherche de sens. Dans d’autres pays encore on lutte pour plus de démocratie et une meilleure prise en compte de la voix de chacun. Comme si ce n’était pas suffisant, une pandémie aux proportions dantesques peut survenir n’importe où, et mettre la société à l’arrêt du jour au lendemain. Plus que jamais, le monde réclame de la justice sociale, avec des droits humains fondamentaux et un avenir plus juste et transparent.



Chacune de ces trois transitions prises individuellement représente des défis colossaux. Mais leur confluence accentue cette complexité, suscitant souvent anxiété et incertitude. Nous ne sommes pas face à une simple transition, mais plutôt à un bouleversement sociétal qui nous interpelle, nous incitant à revisiter nos modes de vie, nos méthodes de travail et nos interactions - et forcément à nous y préparer.


Dans ce contexte délicat et sans précédent, comment se préparer au mieux pour l'avenir ? Il est évident qu'une simple adaptation ne suffira pas. Une véritable transition des compétences s'impose. Elle se compose de quatre volets intégrés dans une approche systémique.

  1. Intelligence adaptative : L’accélération du changement est telle qu’en moyenne une compétence perd la moitié de leur valeur en moins de cinq ans. Plus que jamais, donc, la capacité à apprendre continuellement, à s'adapter à de nouveaux contextes et à être résilient face à l'adversité est essentielle. Cette flexibilité mentale nous permettra de rester pertinents et actifs, quelle que soit la direction que prend notre monde. Pensez par exemple aux travailleurs des industries traditionnelles qui se recyclent en professionnels du numérique ou aux enseignants qui, durant la pandémie, ont dû adapter leurs méthodes pour l'enseignement en ligne.

  2. Intelligence humaine : Si l'on revient aux fondamentaux humains, la capacité à être véritablement empathique, à communiquer efficacement, à collaborer avec les autres nous rapproche de nos êtres chers et de nos pairs, et consolide le tissu social. D'autre part, la pensée critique et la pensée créative sont essentielles non seulement pour naviguer dans un monde complexe, mais aussi pour tirer le meilleur parti de la technologie. C'est cette intelligence qui nous permet, par exemple, de discerner les fausses nouvelles sur les réseaux sociaux ou d'innover de manière collaborative dans des équipes multiculturelles.

  3. Intelligence technologique : Comprendre et utiliser la data et la technologie devient une compétence de base - ni la vie quotidienne ni l’activité professionnelle ne peuvent en faire l'économie. Pensez par exemple aux médecins utilisant la télémédecine pour traiter les patients à distance, aux commerçants exploitant les analyses prédictives pour optimiser leurs stocks, ou aux marketeurs puisant leur inspiration dans les suggestions de l’IA générative. Mais au-delà de la simple utilisation, il est crucial de n'exploiter la data que de manière éclairée et éthique. Il est également essentiel de connaître non seulement les cas d'usage, mais aussi les risques et les limitations de la technologie. Songez par exemple aux craintes pour la vie privée associées à l’usage des données ou aux technologies de reconnaissance faciale, ou encore aux problèmes posés par les biais, la possible manipulation ou encore les hallucinations liées aux IA génératives.

  4. Intelligence environnementale : Face à un environnement en mutation, l'atténuation des effets néfastes de nos actions est vitale. De plus, l'adaptation à cette nouvelle réalité devient également indispensable. Nous devons donc apprendre à vivre dans un monde où les règles ont changé, tout en œuvrant pour le préserver et en y injectant la nécessaire justice. Les citadins qui transforment leurs balcons en jardins verticaux ou les communautés qui adoptent des pratiques agricoles durables en réponse à des conditions météorologiques changeantes illustrent bien cette adaptabilité combinée à un souci écologique profond.


Le bouleversement sociétal du XXIe siècle représente un défi considérable. Il ne peut être surmonté qu’en l’abordant de manière systémique. C’est la raison pour laquelle Elendi combine pour la première fois les intelligences adaptative, technologique, humaine et environnementale dans un cadre que nous appelons l’aptitude au futur.


Les compétences qui y sont décrites sont essentielles pour que chacun d’entre nous, à titre individuel, puisse non seulement survivre, mais aussi façonner activement son futur et y prospérer. Pourtant, l’aptitude au futur dépasse la question de l’individu. Nos compétences et nos valeurs collectives définiront notre traversée de ce siècle de métamorphose. L'aptitude au futur est nécessaire à la société dans son ensemble pour construire un monde meilleur.


Comments


bottom of page